avril 2014

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        

Devenir Fan

« Quand la CPA sert de registre... | Accueil | Exode »

09 janvier 2007

Commentaires

Sophie BOUDAREL

Bonjour,

Je suis tout aussi emballée que vous par ce projet. Toutefois il faut préciser que dans le dossier de presse, ARTE indique que l'avantage sera donné aux personnes souhaitant réaliser leur généalogie mais qui n'ont pas encore franchi le pas. Pour ma part, je trouve cela dommage. Il aurait été intéressant d'avoir l'avis de professionnel sur la façon dont un amateur mène ses recherches et peut-être l'aider ainsi à se réorganiser ou ré-orienter ses démarches.
Je souhaite que le succès soit au rendez-vous afin d'avoir, pourquoi pas, un deuxième numéro ?

Cordialement,

Sophie BOUDAREL

France A.

Bonjour Sophie,

il semble que cela ne soit pas contradictoire.
Prendre des débutants souhaitant commencer leur généa, leur indiquer la marche à suivre, les aider à surmonter les difficultés, leur suggérer des pistes, des ressources est profitable à l'ensemble des généalogistes. Ceux qui ont déjà fait des recherches avancées ont toujours la possibilité en cas de blocage de poser aussi une question sur les listes et forums, en particulier sur frg (fr.rec.genealogie)

Cordialement

France A.

logghe bruno


bonjour,je sais que mon patronyme vient de la region de bruges mais selon certains il semblerait qu'il soie une reecriture flamandisée? d'un nom d'origine irlandaise.pouvez vous confirmer cela?merci.

France A.

Bonjour,

navrée mais je ne suis pas une spécialiste de l'onomastique d'Irlande ou de Belgique.
Ce patronyme se rencontre déjà à Bruges en 1582.
Il faudrait poser la question sur un forum belge et essayer éventuellement en Irlande.

Cordialement

dominique hugon

Bonjour,


Je suis né de père inconnu et d'une mère issue d'une famille paysanne très pauvre. Ma naissance, en 1961, ne fut pas la bienvenue. Ma mère a dû s'exiler pour fuir l'opprobre et la honte qu'on lui jetait dessus. Comme elle avait choisi de ne pas m'abandonner, elle a dû travailler durement pour pouvoir nous nourrir. Ainsi j'ai grandi chez des nourrices et dans un orphelinat jusqu'à l'âge de douze ans... puis seul avec ma mère. Je n'ai pas connu de père de substitution.

En 95 je décidais enfin de faire des recherches pour retrouver ce père manquant et mettre un terme à ce questionnement récurrent. Il faut dire que je n'avais jamais été encouragé à le faire et que j'avais très peu d'informations. Par ailleurs, je m'en étais fait une montagne. Cependant, sur le plan concret,, mes démarches une fois décidées ont été beaucoup plus faciles que je ne l'avais pensé, sans doute grâce à la chance. Ainsi j'ai trouvé une famille qui, dans un premier temps, n'a pas été du tout surprise devant l'éventualité d'un fils caché et ont accueilli la nouvelle avec ouverture d'esprit et curiosité. Hélas, il était mort depuis trois ans et je n'ai donc pas pu lui faire face. Comme je n'avais aucuns moyens juridiques (trop âgé) ou financiers (tests génétique avec ma "soeur" et une "tante") pour prouver formellement la filiation les choses en sont restés là.

Ma "soeur" qui m'avait tout d'abord et prématurément présenté comme son frère à tous ses amis, une fois sa curiosité satisfaite et devant la perspective d'un héritage paternel à venir, s'est tout à fait contenté et accommodée de la situation et n'a pas cherché à trouver de réponse plus satisfaisante bien qu'étant député socialiste à l'époque.

Pour ma part je reste sur un sentiment amer et confus. La soeur de mon père m'a reproché d'avoir trop tardé à faire ces démarches et d'avoir entaché la mémoire de son frère. Là encore, j'étais coupable, comme quand, enfant, on me reprochait implicitement d'être là.

J'aimerais pouvoir faire la lumière sur cela, pouvoir dire c'est mon père, point barre... Pouvez-vous m'aider??

France A.

Pour Dominique H.

navrée, mais nous ne pouvons répondre à des questions d'ordre juridique. Il faudrait vous adresser à un avocat et/ou un notaire.
Vous pourriez également contacter une association, voir sur notre site :
http://www.geneafrance.org/rubrique.php?page=abandon

Sur ce blog, il y a dans nos archives le 3.12.06 un article sur les tests ADN pour la généalogie.

Cordialement

yuste solange

bonjour
je fais ma généalogie pendant les vacances depuis 1984 avec quelques interruptions.C'est 8000 heures de
travail, 2000km à vélo, 72 km à pied (distance des Archives Départementales De Bourges à mon hôtel car aucun transport en commun.
Actuellement , je réalise deux albums sur l'histoire de ma famille paternelle et maternelle ainsi que trois montages DVD (photos,iconographie, son, musique + commentaires) sur ma famille du côté paternel ,du côté maternel et sur le village de mon enfance.
Comme j'y traville le week-end j'ai encore quelques mois de travail. est-ce que cela pourrait vous intéresser?
cordialement

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire